Une mission pour passer le temps.

Aller en bas

Une mission pour passer le temps.

Message  Gelzan le Mar 22 Aoû 2006 - 3:20

Voilà, il est 1:14, je m'emmerde et j'ai l'inspiration, alors allons-y Very Happy .

Gelzan se réveilla à l'infirmerie, il se souvint alors de ses compagnons étendus dans la salle du conseil et se hata de les ramener transquillement à leurs dortoirs, tout en intimant aux droides médecin de quand même jeter un coup d'oeil, puis il revint à l'infirmerie, et se vit dans la glace.
Mon dieu ... pensa-t-il. Ses traits étaient tirés, de sombres cernes marquaient ses yeux. Il n'était plus aussi résistant et habile qu'avant ... jamais une invocation n'avait encore à ce point échappé à son contrôle.
Même les avengechets ne sont pas immortels ...
Cette pensée le fit frissoner.
Malgré tout, il gardait encore ses cheveux noirs tout comme ses yeux, sans le moindre cheveux blanc. Il commençait à ressentir les effets de l'âge, était-il allé trop loin ...
Mais il ne fallait pas s'en soucier, il fallait trouver l'origine de ce grabuge, qui avait si sévèrement touché ses compagnons, il n'était pas le gardien de l'Ordre pour rien !
Il partit donc sur le champ dans son vaisseau individuel (le même vaisseau que Padmé dans star wars episode trois, sauf qu'il n'est pas argenté mais noir), se laissant guider à l'instinct, comme à son habitude.
Il arriva alors sur Coruscant, mon dieu tant d'années il avait passé ici, en reclu, à méditer sur le monde, sur son monde ... mais il ne fallait pas s'attarder à des choses futiles, il en allait de la sécurité de l'Ordre !
Il posa son vaisseau à l'astroport, avant de s'enfoncer au tréfond des entrailles de Coruscant. C'était le genre d'endroit, berceau de la civilisation native de cette planète, qui ne voyait jamais le jour, il passa dans les quartiers malfammés des sous-sols, quand à un moment

...: Hé toi, qui es-tu pour venir ici ? On ne voit pas souvent des gens de ton espècepar ici, hein l'ami ?
Il fallait donc encore se battre ... se battre, il n'avait fait que ça depuis sa naissance, depuis les épreuves terribles qui le formèrent aux traditions avengechets, se battre, à quoi bon ... même en se battant de toute ses forces, il n'avait pu sauver son propre maître, ni sauver son propre monde, à présent en ruines, témoins d'une splendeur passée.
Il évita alors l'affrontement et disparu dans les ténèbres d'un tunnel ou même les bandits ne le suivirent pas.
c'est là qu'il vit, sur les murs, des torches, ces bouts de bois primitifs émettant une faible lueur dans la pénombre, il n'était donc pas seul.
Un cri retentit alors, suivi d'un craquement sonore et glauque, Gelzan se retourna. Il vît alors une bête immonde, un rankor, dévorer à belle dent un bandit hardi qui l'avait suivi, sans prendre même la peine de l'avoir tuer. Le pauvre agonisait, les tripes à l'air, Gelzan lui brisa la nuque avec la force, afin de faire cesser ses souffrances.

Comment trouves-tu mon compagnon de jeux Gelzan ? Un homme sortit alors de l'ombre, grand, noir et massif, il portait juste un pagne primitif mais laissait entrevoir un sabre laser à double lames, et par l'odeur qu'elles dégageaient, elles étaient sans doute noires.
Charmant charmant, mais tu sais très bien que ton jouet ne me retiendra pas, je me trompe ?
L'inconnu ricanait.

...: Tu n'es plus ce que tu étais, tu n'es plus qu'un vieil homme dans un corps d'adolescent, tu ne tiendras pas longtemps, Yddril me l'a assuré !
Gelzan: Yddril, ce cher Yddril, je croyais votre race étainte, merci pour l'information, en tout cas, mais je ne crois pas que tu seras là pour me voir discuter avec ton cher maître.
...: La ferme ! Zgor, ysalin !
Le rankor réagit alors à l'appel de son maître et se précipita sur Gelzan, qui esquiva tant bien que mal les assaults de la bête féroce. L'inconnu se mit alors de la partie, allumant son sabre aux lames bordeaux (l'odorat de gelzan n'est plus ce qu'ils était, songea-t-il ...), mais bientôt, Gelzan se trouva dos au mur, pire, il était essouflé.
Alors, on se fatigue grand-père ?dit l'inconnu en ricanant.
Je me suis déjà senti mieux, mais ça ira ne t'inquiètes pas.répondit calmement Gelzan qui alluma ses deux sabres.
La bête et le maître attaquèrent alors, mais ils se trouvèrent repoussés et le rankor, reculant peu à peu devant les lames, toutes les deux blanches, finit par perdre de son assurance. Gelzan en profita alors pour se battre avec l'inconnu en question, qui paraissait du coup bien moins arroguant, vu que sa bête, calmée par les talents de l'avengechet, partait sereinement en marchant. bientôt acculé, le sordide individu riposta furieusement, mais tomba dans la garde de Gelzan. Celui-ci lui trancha son sabre, et fit un tour sur lui-même avant de cogner son genou dans le creux de la jambe de son adversaire, le forçant alors à se mettre à genoux.
Désarmé, à genoux et à la merci de l'avengechet, le sombre individu à la peau noire semblait pourtant bien pâle, un sabre sous le manton, Gelzan éteingit l'autre.

Rien n'est immuable mon garçon, raconte-moi ce que tu sais, et je te laisserai vivre ici avec ton ami écailleux tant de temps qu'il te plaira.
L'homme sembla hésiter, puis il lança dans un murmure:
...: Geonosis, il se trouve dans les anciennes ruines de vos usines
Gelzan: sûrement un sursaut d'orgueil envers un maître déchu ... Gelzan soupira.
Maintenant pars, tiens voilà ton sabre (l'homme fut étonné de revoir son sabre intact), file maintenant.
L'homme approuva d'un signe de tête, et s'inclina devant Gelzan avant d'aller rejoindre son ami dentu.
Gelzan était épuisé, mais il vît alors l'homme revenir avec le rankor.

Gelzan: Non, s'il te plait ...[/
i] Mais ses forces l'abandonnaient, iln put résister et s'effondra. L'homme le rattrappa de justesse.[/i]
N'ayez crainte, je vais vous ramener personnelement à votre vaisseau, je ne laisserai pas une dette de sang entre nous, j'ai bien trop de respect à votre égard à présent.
Alors qu'il marchait, Gelzan dans ses bras, l'homme lui racontait:

...: Yddril vous avait décrit comme un combattant sanguinaire, tuant pour le plaisir, c'est pour cela que je n'ai eu aucune pitié envers vous ...
Gelzan: Oh je l'ai été, malheureusement, mais maintenant je ne fais que défendre mon Ordre, je ne peux me permettre de laisser mes compagnons, ce sont comme des fils et des filles pour moi.
...: Je vois de quoi vous parlez. Moi, étant adolescent, j'ai recueilli Zgor, alors je l'ai nourri, élevé, et depuis nous ne nous sommes plus quitté. Un jour, Yddril, de la même race que moi, et c'était le premier de ma race que je voyais, m'a parlé d'un Ordre assassin qui aurait déssimé toute notre race, et m'a fait promettre de tuer tout intemporel que je voais, mon frère est parti à votre rencontre, dans votre base, je suppose qu'il est mort.
Gelzan: Oui, désolé, mais quel est ton nom ?
...: Moi ? Anazar
Gelzan: Enchanté, maintenant laisse-moi, je vais retourner près des miens et prendre un peu de repos, ne prends pas de risques inutiles s'il te plait.
Anazar: Ne vous inquiétez pas, au revoir.
Et c'est sur ces paroles que Gelzan quitta Coruscant en direction de la base sur Kashyyk, pour y prendre un peu de repos.
avatar
Gelzan
Protecteur de l'ordre
Protecteur de l'ordre

Nombre de messages : 86
Age : 29
Date d'inscription : 21/08/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum